Kirghizstan

Au Kirghizstan, 8000 personnes vivent avec le VIH, avec près de 2400 sous traitement. Les nouvelles infections au VIH ici augmentent beaucoup plus vite.

Le problème

Le taux de prévalence de la République Kirghize est de 0.2%. Bien que faible comparé à la moyenne mondiale, le pays fait partie de ceux où les nouvelles infections au VIH augmentent plus vite, et la disponibilité du traitement ne suit pas la cadence.

Jusqu’à récemment, le traitement VIH au Kirghizstan était entièrement financé par le Fonds mondial pour la lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme. Cependant, avec l’augmentation du revenu du pays, des restrictions importantes du financement du Fonds mondial ont suivi, alors que les besoins en traitement continuaient d’augmenter. Afin de maintenir un programme VIH efficace l’Etat doit augmenter ses dépenses.

Le contexte

Le Kirghizstan est membre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et a ratifié l’accord ADPIC. Par ailleurs, le Kirghizstan a également joint l’Organisation eurasienne des brevets (OEAB), dont la tâche est d’octroyer les brevets eurasiens. Cette situation a pour conséquence des prix élevés et des pratiques monopolistiques, et jusqu’à récemment il n’existait aucun mécanisme nationale en place pour déroger aux systèmes existants.

Les groupes de la société civile, y compris notre partenaire le réseau d’associations de réduction des risques, ou le réseau Partnership Network tel qu’il est connu au Kirghizstan, a proposé une  nouvelle législation pour moderniser le système des brevets dans le pays. L’intention était d’interdire ‘l’evergreening’ et de créer des critères de brevetabilité, plus strictes.

Visionnez notre courte vidéo pour comprendre ce qu’est l’‘evergreening’.

Malgré une forte opposition de l’Organisation mondiale de la Propriété intellectuelle (OMPI) et le service d’Etat de la Propriété intellectuelle et l’Innovation au Kirghizstan, le président a signé la nouvelle loi en avril 2015. En conséquence les nouveaux médicaments génériques sont disponibles pour traiter l’Hépatite C.